Le management, une passion de l'humain

UNE EQUIPE 100% FEMININE, PLONGEON VERS L’INCONNU…
Manager confirmé, mon parcours professionnel m’a amené à reprendre l’animation d’une équipe composée intégralement de femmes. N’ayant jusqu’alors eu que des équipes masculines ou mixtes à manager, ce fût une expérience unique et très formatrice.

Challenge accepté.
Me voilà responsable de l’animation d’une équipe de 14 collaboratrices âgées de 19 à 54 ans, des profils hétérogènes de cursus de formation aussi divers que possible et de cultures différentes.
Cerise sur le gâteau ? Je ne connais strictement rien au segment de marché sur lequel ma nouvelle société est spécialisée et reconnue comme leader.

Double objectif : prouver que je suis capable d’être un bon commerçant en développant les ventes d’un marché de produits pour lequel je n’ai aucun affect tout en manageant une équipe 100% féminine.

FAIRE CONFIANCE
Au lieu de perdre du temps à dévorer une quantité de magazines et revues spécialisés sur mon segment de marché, de passer des heures en formation pour combler mes lacunes sur la connaissance des produits que mes équipes vendaient, j’ai décidé… de faire confiance.

Non pas de me faire confiance… mais de faire confiance à mes collaboratrices.
Car pour certaines, cela faisait plus de 15 ans qu’elles travaillaient pour cette enseigne, d’autres sortaient d’études spécialisées dans ce domaine, étaient passionnées par la vente de ces produits, ou cela faisait tout simplement partie de leur vie.
Faire confiance à mes collaboratrices se traduisait par échanger avec elles et par échanger, je veux dire écouter.

Ce sont elles qui connaissaient les produits, ceux qui « cartonnaient » et ceux qui faisaient un « flop ».
Elles n’avaient pas besoin de grands reporting dignes des réunions du lundi matin assis derrière un écran d’ordinateur pour connaître ces données.
Elles étaient tout simplement dans leurs rayons, à faire leur réassort quotidiennement à la suite des livraisons du matin, à faire leur facing tout au long de la journée pour que leurs rayons soient « le premier vendeur » … mais surtout, elles étaient à l’écoute de leurs clients.

FAIRE CONFIANCE, C’EST ECOUTER MAIS C’EST EGALEMENT LAISSER L’AUTRE SE POSITIONNER, EXPRIMER SES CONVICTIONS, PRENDRE DES RISQUES.

Chaque manager rêve d’avoir une équipe qui soit innovante et autonome.
Mais si tous les lundis matin des « To Do List » à réaliser « pour hier » sont distribuées à chaque collaborateur… il semble alors difficile pour celui-ci de prendre des risques et d’innover.
L’idée est de déterminer une organisation des tâches et des hommes qui permet de créer de l’envie et de la volonté chez vos collaborateurs. Un cadre de fonctionnement où chacun a la place de s’épanouir et d’exprimer son plein potentiel.

On peut se demander quelle est la pertinence d’avoir un manager qui ne connait pas ses produits, qui n’est pas capable de vendre ses produits et qui par conséquent, n’est pas capable de qualifier ou de valider une commande… Le manager est un expert, mais pas un expert technique.
Il n’était pas question pour moi de connaitre la composition de tel ou tel article, de connaître le dernier brevet qui vient d’être déposé sur ce produit et qui justifie l’augmentation de 20% du prix de vente de ce même produit !
Le manager est avant tout un expert de l’humain, qui sait utiliser au mieux ses collaborateurs, qui développe les compétences en favorisant l’initiative, qui délègue vraiment les responsabilités, qui fonctionne en réseau en diffusant les informations et qui trouve sa valeur ajoutée dans sa contribution globale à l’entreprise.

Le manager est un chef d’orchestre, il ne joue pas à la place de ses musiciens ! Il fédère autour de lui, il harmonise, il crée de la cohésion, il stimule et crée de l’émulation dans son équipe.

ADAPTER SON STYLE DE MANAGEMENT EN PERMANENCE !
Puisque le manager est un expert du domaine de l’humain, il est évident qu’il ne peut pas avoir un style de management, mais au contraire, avoir un très large panel de styles de management et d’outils dans lesquels il va puiser pour s’adapter à chacun de ses collaborateurs.

S’adapter à chaque collaboratrice a été ma plus grande réussite mais également ma plus grande difficulté.
Au début, cette méthode managériale a surpris mon équipe, a suscité des incompréhensions, des jalousies et des reproches… Qui dit s’adapter à chaque collaborateur dit également marquer une différence en termes d’accompagnement, de suivis et d’exigence.

Je passais beaucoup plus de temps en accompagnement avec une collaboratrice qui débutait ou qui avait du mal à progresser plutôt qu’avec une collaboratrice considérée comme vendeuse experte qui maitrisait son métier.
Cela ne signifie pas que je ne me préoccupais pas de cette dernière, seulement mon accompagnement et mon exigence vis-à-vis de celle-ci étaient différents. Je cherchais à la responsabiliser de plus en plus avec des missions durant lesquelles elle développait son autonomie et ses prises d’initiatives. La confiance n’excluant pas le contrôle, des moments d’échanges étaient fixés pour faire le point sur ses avancées.

Ces différences d’accompagnement et de suivis n’ont pu fonctionner uniquement grâce à l’utilisation de deux outils connus de tous managers mais encore très mal utilisés aujourd’hui… l’entretien individuel et la réunion collective.

Chaque collaborateur a toujours eu un entretien individuel mensuel qui durait entre 1h00 et 1h30 suivant les sujets à traiter. Ce rendez-vous mensuel est primordial : tout va très vite dans le monde de l’entreprise d’aujourd’hui et nous n’avons plus le temps de faire ce que nous avons à faire. Tout est devenu urgence, chacun à son planning rempli mais doit tout de même accepter de nouvelles missions… ce stress devient normal et finalement on ne relâche jamais…
Cet entretien est programmé, il est inscrit noir sur blanc sur le planning un mois avant et il ne peut en aucun cas être annulé ou déplacé ! Enfin, cet entretien doit être préparé par le manager mais également par le collaborateur !
Cet entretien permet un moment d’échange et de partage, en face à face en bureau où l’on peut se confier. Un moment durant lequel on va pouvoir se concentrer exclusivement à notre collaborateur. J’insiste sur la notion de partage, il ne faut en aucun cas que ce soit un monologue réalisé par le manager, sans quoi l’intérêt d’une telle rencontre est nul. Durant ce moment, le manager va écouter, va expliquer et parfois se justifier mais surtout il va inciter le collaborateur à se livrer.

En plus des entretiens individuels, les réunions collectives plusieurs fois dans l’année : pour vous permettre d’échanger en une seule fois avec tous vos collaborateurs, de faire le point sur les avancées de l’équipe et cela va également vous permettre de pouvoir valoriser certains de vos collaborateurs en leur confiant une partie des objets de l’ordre du jour. Je confiais toutes les réunions collectives à des collaborateurs qui souhaitaient évoluer, monter en compétence et avaient déjà des missions responsabilisantes.

Ces moments d’échanges collectifs vous permettront de créer de l’émulation au sein de votre groupe, permettront à chacun de pouvoir s’exprimer et d’être entendu !
On ne perd jamais du temps avec un collaborateur mais au contraire, on investit du temps.
Quelle que soit l’entreprise où j’ai été, mes collaborateurs m’ont toujours remercié pour le temps que je leur accordais. Cette proximité d’échange et d’écoute leur a permis de ne jamais hésiter à me parler de telle ou telle affaire personnelle ou professionnelle, ce qui me permettait également de mieux comprendre les hommes et femmes avec qui je travaillais au quotidien. Ce temps d’échange a permis un respect et une empathie réciproques.

Pour l’une des sociétés pour laquelle j’ai travaillée, nous avons pu constater des résultats en à peine 6 mois : l’investissement de chaque collaborateur avait augmenté et le taux d’absentéisme a baissé pour ne plus exister au bout d’un an.

« Oui c’est bien joli tout ça… mais moi j’ai 10 collaborateurs ! Je ne vais pas perdre 10h /mois dans des entretiens en bureau… Il y a trop de boulot sur le terrain ! »
« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise. »
Richard Branson, Virgin.
« Prenez soin de vos collaborateurs et respectez-les, ils prendront soin de votre affaire et la respecterons, non seulement parce qu’ils le doivent, mais surtout parce qu’ils le veulent. »
Lee Cockerell, ancien vice-président exécutif Disney World.

L’accompagnement que je propose
Trop de managers n’ont aujourd’hui pas le temps d’investir du temps à leurs collaborateurs, et c’est toujours justifié : baisse d’effectif, augmentation d’activité saisonnière, nouveaux process en interne qui demandent plus de temps en administratif… bref la liste des justifications peut être longue.
Mais c’est un mauvais calcul.
Le temps investit avec vos collaborateurs ne doit pas être considéré comme une « tâche à réaliser » mais doit faire partie de vos « gros cailloux » lorsque vous remplissez votre agenda, telle une priorité.
Vous ne gagnerez pas du temps en vous épargnant ces réunions, vous en gagnerez en optimisant le processus de ces réunions, en optimisant la relation avec vos collaborateurs à qui vous pourrez de plus en plus déléguer confortablement.

Pour fédérer une équipe et créer de l’émulation, le manager ne doit pas « faire » à la place du collaborateur, mais « faire-faire » et également « faire avec… ».


Trop de managers aujourd’hui se cantonnent à « faire ». Il est vrai qu’il est beaucoup plus facile de réaliser directement une tâche par soi-même que de perdre du temps à l’expliquer puis contrôler. Mais en réalisant le travail, vous cumulez vos taches et manquez une chance de valoriser votre collaborateur.

« Faire-faire » c’est confier une responsabilité, c’est reconnaître et valider les compétences de votre collaborateur à réaliser cette tâche. C’est tout simplement faire confiance.
Il est évident que cela ne se résume pas à donner des ordres mais de prendre le temps de définir la mission, de l’expliquer clairement, de contrôler sa réalisation et surtout de débriefer avec votre collaborateur à la fin de celle-ci : soit pour le féliciter, soit pour lui donner des clefs d’amélioration pour la prochaine fois.

« Faire avec… » permet de montrer à vos collaborateurs que d’une part vous faites partie de l’équipe et d’autre part de montrer que vous savez réaliser les missions que vous leurs confiez.
Il m’est arrivé de passer des samedis entiers en caisse, pour mon plus grand plaisir (pouvoir échanger directement avec les clients) et pour le plus grand plaisir de mes hôtesses de caisse qui se sentent alors soutenues ! ou d’aller sur le terrain en fin de journée pour les aider dans le facing ou dans le rangement des cabines d’essayage.
« Faire avec » vous permet d’être sur le terrain, de vous rendre compte de la réalité vécue par vos collaborateurs et de partager avec eux la réussite et le plaisir de votre métier dans le commerce.

Vous avez aimé ?
Partagez cet article :